Panier
Votre panier est vide.

Oups !

Vous avez un produit en prévente dans votre panier : vous ne pouvez pas le commander en même temps que les autres articles de notre site.
Videz votre panier ou faites deux commandes séparées.

Bio et locale

Le plus compliqué a été de trouver une toile de jean en coton bio ET tissée en Europe ET dont le coton ne vient pas de Chine (rapport au travail forcé des Ouïghours). Après plus de 2 ans à toquer à la porte des maisons les plus réputées, on a enfin trouvé ce qu’on cherchait chez Berto : un beau sergé bio italien, suffisamment confortable pour en faire une chemise.

chemise jean bio
chemise jean délavage

Lavage, délavage

Comme pour toutes les toiles denim, les versions rinse et bleach sont teintes avec de l’indigo, un colorant dit “pigmentaire” qui ne pénètre pas au cœur de la fibre. Les lavages successifs vont enlever une partie de ces pigments, donnant à votre chemise un délavage unique. Et pour qu’elle ne rétrécisse pas chez vous, on l’a prélavée. Bonus : vous pouvez l’enfiler directement après l’avoir reçue, sans avoir peur de mettre des produits chimiques bizarres contre votre peau ou que l’indigo ne dégorge sur votre joli chino beige.

Plus c’est écru, moins ça pollue

Notre chemise écrue n’est pas teinte : elle a la couleur naturelle du coton tel qu’il a été récolté dans les champs. Et ça change tout. Parce que teindre des vêtements nécessite 1) plein de produits chimiques 2) beaucoup d’eau et 3) de l’énergie pour la chauffer. Bilan : on minimise le risque de rejets toxiques, on épuise moins les nappes phréatiques et on réduit de 15% nos émissions de gaz à effet de serre. Et en plus, cette couleur est canon, non ?

chemise jean écrue pollue moins
chemise jean bio moins mais mieux

Moins, mais mieux

Certaines chemises ont des détails de confection qui plaisent aux puristes, mais qui – entre nous – ne servent pas à grand-chose. Alors on les a retirés pour ne pas vous faire payer trop cher : bye bye les hirondelles de renforts, le pli d’aisance, les coutures à 8 points par cm et le deuxième bouton à la manche. Résultat : une chemise à la coupe ajustée (sans être trop cintrée) avec juste ce qu’il faut pour garantir sa solidité.

La guerre des boutons

Certaines chemises haut de gamme ont des boutons en nacre, mais cette matière a tendance à casser. On a donc plutôt opté pour des boutons en résine épais qui résisteront bien mieux aux lavages en machine.

chemise en jean boutons solides
fixation ascolite

La guerre des boutons 2 : la revanche d'Ascolite

Pour s’assurer que les boutons ne se décousent pas, on a utilisé une machine Ascolite. Un procédé qui renforce le montage et qui consiste à renforcer le pied du bouton d’un fil supplémentaire soudé à chaud. Pensé pour les gens qui s'appellent Clark Kent et n'ont pas toujours le temps de déboutonner leur chemise pour sauver la planète.