Nos conseils d'entretien

Même si vous achetez les vêtements les plus résistants du monde, ils ne dureront pas très longtemps si vous ne les lavez pas correctement.

Voici nos conseils pour bien laver sans tout abîmer.

1. D'abord, laver moins

Laver, c’est user. Les frottements, l’eau chaude, la lessive, l’adoucissant, l’essorage, c’est beaucoup de stress pour vos vêtements, bien plus que lorsque vous les portez (sauf si votre travail consiste à ramper sur du verre brisé). De chaque lavage, vos habits ressortent forcément un peu plus abîmés.

Notre conseil principal, c’est donc de laver moins. Par exemple, vos vêtements qui ne sont pas en contact avec les zones de transpiration (pulls, sweats, surchemises, jeans, etc.) n’ont pas besoin d’être lavés très souvent : entre deux utilisations, aérez-les (en les suspendant sur des cintres ou des dossiers de chaise) : la plupart du temps, ça suffira à enlever toutes les odeurs. Pas besoin non plus de faire une machine avec les vêtements Loom que vous venez d’acheter : ils ont déjà été pré-lavés dans nos usines.

2. Ensuite, suivre nos conseils

Avant de commencer, il arrive que les embouts des lacets aient laissé quelques traces sur la semelle blanche à cause du contact prolongé dans la boîte à chaussures. Pas d’inquiétude : frottez avec le dos d’une éponge (avec du produit vaisselle si besoin) et ça partira.
Et si vous vous demandez si vos baskets sont à la bonne taille, sachez qu'il vaut mieux qu'elles soient légèrement trop grandes que légèrement trop petites (elles ne pourront pas s'agrandir...). Et si par exemple, vous observez un très léger décollement du talon, sachez qu'il s'atténuera une fois que les baskets seront faites à vos pieds.
Passons maintenant aux conseils d'entretien : un cuir non entretenu va forcément tôt ou tard se dessécher, craqueler ou perdre sa forme. Et après, ce sera foutu : plus aucun retour en arrière ne sera possible, même si le cuir est d’excellente qualité. Au contraire, si vous y passez un peu de temps, vous pourrez garder vos baskets pendant des années.
La chose fondamentale à comprendre, c’est que le cuir est composé d’environ 5% de corps gras – ce sont eux qui lui donnent sa souplesse, sa résistance et son imperméabilité. S’ils s’échappent, le cuir se dessèche. Votre objectif est donc simple : maintenir le cuir gras.

Voici comment faire :

  • Il faut régulièrement le “nourrir”, au moins une fois tous les 6 mois. Idéalement avec un produit spécial type cire d’abeille, mais au pire, n’importe quelle crème hydratante de votre salle de bain fera l’affaire.
  • Si vos baskets prennent l’eau, faites-les sécher à l’air libre puis nourrissez le cuir. Eh oui : l’humidité chasse les corps gras (ce que vous devez savoir si vous avez déjà fait une vinaigrette : le vinaigre aqueux ne se mélange pas avec l’huile).
  • Evitez de les porter deux jours d’affilée, surtout si vous avez tendance à transpirer ou si le temps est pluvieux. Ça laissera à vos baskets le temps d’évacuer l’humidité.

Si vous avez acheté les baskets en blanc :

La deuxième chose à comprendre, c’est que le blanc, c’est salissant et qu'on verra les petites taches et éraflures plus facilement que sur une couleur foncée. D'ailleurs, sur notre cuir pleine fleur, ces éraflures pourront apparaître un peu plus vite que sur certaines baskets blanches dont le cuir est plastifié (comme celles d'une célèbre marque à trois bandes) mais qui vont craqueler plus vite au niveau des plis et durer au final moins longtemps. Pour nettoyer le cuir blanc, plein de tutos sont disponibles sur YouTube, mais pour être sûr de vous donner des conseils qui fonctionnent, on les a (presque) tous testés pour vous : voici sur ce lien le résultat avant/après sur des prototypes de baskets Loom.

Et voici le mode d’emploi qu’on vous recommande :

  • D’abord, retirez les lacets : vous les mettrez dans votre prochaine lessive. S’ils vous semblent vraiment sales, vous pouvez d’abord les laisser tremper quelques minutes dans de l’eau avec un agent blanchissant que vous avez sous la main (ex : eau oxygénée / eau de javel / percarbonate de soude).
  • Ensuite, enlevez les tâches et salissures sur le cuir et la semelle. Pour ça, mélangez un peu de liquide vaisselle dans de l’eau tiède, puis frottez ça partout sur vos baskets avec une vieille brosse à dents (faites attention à ne pas trop mouiller votre basket quand même, cf. nos conseils plus haut).
  • S’il y a des taches récalcitrantes sur les contours des semelles, frottez-les avec du papier absorbant imbibé de dissolvant pour ongles. Idem pour les tâches sur le cuir : vous pouvez imbiber un coton tige avec du dissolvant et le tamponner sur la tâche (très légèrement pour ne pas risquer d’abîmer le cuir).
  • Pour finir, il ne reste qu’à cacher les petites éraflures et raviver le blanc du cuir. Après avoir séché vos baskets, prenez un chiffon et appliquez un “rénovateur blanc” pour baskets (ils contiennent les mêmes types de pigments blancs qui ont été utilisés pour teindre le cuir de vos baskets, et honnêtement c’est indispensable d’en acheter un et ça tombe bien, on en vend chez Loom ici). Laissez sécher 30 minutes, et ré-appliquez une 2e fois si nécessaire

Un cuir non entretenu va forcément tôt ou tard se dessécher, craqueler ou perdre sa forme. Et après, ce sera foutu : plus aucun retour en arrière ne sera possible, même si le cuir est d’excellente qualité. Au contraire, si vous y passez un peu de temps, vous pourrez garder votre ceinture pendant des années.
La chose fondamentale à comprendre, c’est que le cuir est composé d’environ 5% de corps gras – ce sont eux qui lui donnent sa souplesse et sa résistance. S’ils s’échappent, le cuir se dessèche. Votre objectif est donc simple : maintenir le cuir gras. Il faut donc régulièrement le “nourrir”, au moins une fois tous les ans. Idéalement avec un produit spécial type cire d’abeille, mais au pire, n’importe quelle crème hydratante de votre salle de bain fera l’affaire.
D’autre part, votre ceinture est en cuir pleine fleur à tannage végétal, un procédé qui permet au cuir de se patiner avec le temps. Au fil des années, les éraflures marqueront légèrement le cuir et sa couleur va évoluer. Ce n’est pas un signe de mauvaise qualité, au contraire : le temps qui passe va donner une personnalité unique à votre ceinture. On vous explique ici comment atténuer simplement ces marques.
Attention : sous l’action du soleil, des frottement ou de l’humidité, la teinture du cuir peut colorer les tissus plus clairs. Mieux vaut éviter de la porter avec un pantalon blanc ou un short beige par une journée de canicule ou pour un long trajet à vélo...
Si vous trouvez que la ceinture est un peu trop grande, vous n'avez pas forcément besoin de l'échanger : vous pouvez ajuster sa longueur à la maison (on vous explique comment faire ici) ou bien la confier à votre cordonnier pour qu'il perce un trou supplémentaire.
La ceinture va s’incurver au fur et à mesure que vous la portez et épouser la forme de votre taille (cliquez ici pour voir à quoi ça ressemble au bout d'un an de port quotidien). Ne vous inquiétez pas, c'est normal : c’est ce qui fait que les ceintures en cuir sont si confortables.
Enfin, le cuir reste une matière naturelle, donc si d’ici quelques dizaines d’années vous voulez redonner une nouvelle jeunesse à votre ceinture, vous pouvez l’amener chez votre cordonnier habituel, qui pourra remplacer la bande de cuir et conserver la boucle grâce au système de fixation par rivets de la ceinture.

Mieux vaut les laver à 30°C qu’à 40°C : c'est tout aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera leur durée de vie.
Pour que ces chaussettes durent plus longtemps (et pour la planète), l’idéal est de les sécher à l’air libre. Mais parfois on n’a pas le choix : si vous devez utiliser un sèche-linge, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour que l’élasthanne de la chaussette ne perde pas son élasticité.
Avec les frottements de vos chaussures, il se peut que des bouloches apparaissent, surtout sur les zones comme le tendon d’achille ou la semelle. En fait, ces bouloches, c’est plutôt bon signe : la couche de polyamide qu’on a rajouté s’use pour retarder l’apparition d’un trou sur le coton. Si ces bouloches vous dérangent, on vous explique dans cet article comment les enlever facilement.
Au départ, les chaussettes pourront vous paraître légèrement électrostatiques et glisser un peu dans les chaussures ou sur un parquet bien ciré :) Au fur et à mesure des lavages, ces effets disparaîtront et les chaussettes gagneront en douceur.
Et puis on vous refile quelques derniers conseils pour la route. Ne les repassez pas pour éviter de détendre l’élasthanne. Lavez-les à l’envers pour éviter que des cheveux ou bouloches d’autres vêtements ne s’accrochent à l’extérieur de la chaussette. Coupez-vous les ongles des orteils. Et portez des chaussures (elles ont été inventées pour quelque chose).

Mieux vaut les laver à 30°C qu’à 40°C : c'est tout aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera leur durée de vie.
Pour que ces chaussettes durent plus longtemps (et pour la planète), l’idéal est de les sécher à l’air libre. Mais parfois on n’a pas le choix : si vous devez utiliser un sèche-linge, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour que l’élasthanne de la chaussette ne perde pas son élasticité.
Avec les frottements de vos chaussures, il se peut que des bouloches apparaissent, surtout sur les zones comme le tendon d’achille ou la semelle. En fait, ces bouloches, c’est plutôt bon signe : la couche de polyamide qu’on a rajouté s’use pour retarder l’apparition d’un trou sur la laine. 
Au départ, les chaussettes pourront vous paraître légèrement électrostatiques et glisser un peu dans les chaussures ou sur un parquet bien ciré :) Au fur et à mesure des lavages, ces effets disparaîtront et les chaussettes gagneront en douceur.
Et puis on vous refile quelques derniers conseils pour la route. Ne les repassez pas pour éviter de détendre l’élasthanne. Lavez-les à l’envers pour éviter que des cheveux ou bouloches d’autres vêtements ne s’accrochent à l’extérieur de la chaussette. Coupez-vous les ongles des orteils. Et portez des chaussures (elles ont été inventées pour quelque chose).

Cette chemise est 100% coton : elle passe donc en machine à 40 degrés et tolère le sèche-linge. Mais mieux vaut la laver à 30°C et la sécher à l'air libre : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Ensuite, lavez-la à tout prix à l’envers pour éviter les décolorations et tout risque de boulochage.
Notre meilleur conseil pour ne pas récupérer la chemise chambray trop froissée et la repasser plus facilement : essorez à basse vitesse (600 tours/minute max) et accrochez-la encore humide sur un cintre. D’ailleurs, repasser est un art qu’on ne saurait vous apprendre en quelques lignes : voici une bonne démonstration vidéo en trois minutes. N'oubliez pas de toujours repasser vos chemises sur l'envers et à température basse pour les abîmer le moins possible.

Votre chemise passe en machine à 40 degrés et tolère le sèche-linge. Mais mieux vaut la laver à 30°C et la sécher à l'air libre : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Ensuite, lavez-la à tout prix à l’envers pour éviter les décolorations et tout risque de boulochage.
Notre meilleur conseil pour ne pas récupérer la chemise coton-lin trop froissée et la repasser plus facilement : essorez à basse vitesse (600 tours/minute max) et accrochez-la encore humide sur un cintre. D’ailleurs, repasser est un art qu’on ne saurait vous apprendre en quelques lignes : voici une bonne démonstration vidéo en trois minutes. N'oubliez pas de toujours repasser vos chemises sur l'envers et à température basse pour les abîmer le moins possible.

Le plus important, c'est de la laver sur l’envers, col déboutonné mis à plat - pour limiter décoloration et boulochage.
Elle passe en machine à 40 degrés et tolère le sèche-linge. Mais mieux vaut la laver à 30°C et la sécher à l'air libre : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie.
Notre meilleur conseil pour ne pas la récupérer trop froissée et la repasser plus facilement : essorez à basse vitesse (600 tours/minute max) et accrochez-la encore humide sur un cintre.
N'oubliez pas de toujours repasser vos chemises sur l'envers et à température basse pour les abîmer le moins possible - surtout avec la chemise en flanelle dont les fibres duveteuses supportent mal le fer trop chaud. Et si vous ne savez pas repasser, suivez juste cette démonstration vidéo.
Le tissu boulochera toujours un peu. En fait, c’est le principe même de la flanelle : le coton est gratté (c’est ce qui fait que c’est si doux) donc les fibres se détachent plus facilement (voici à quoi la chemise ressemble après six mois de port et une dizaine de cycles lavage/repassage sur l'envers). Vous pouvez apprendre à vivre avec... ou bien lui passer de temps en temps un coup de rasoir à bouloche.

Elle est 100% coton : elle passe donc en machine à 40 degrés et tolère le sèche-linge. Mais mieux vaut la laver à 30°C et la sécher à l'air libre : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Et déboutonnez bien le col et les poignets pour minimiser les frottements et éviter qu’ils ne s’éliment avec le temps (comme ici).
Les versions rinse et bleached sont à base d’indigo et vont légèrement se délaver avec les lavages, c’est tout à fait normal. D’ailleurs, pour la version “rinse”, il est plus sage de la laver avec des couleurs similaires pour éviter que l’indigo ne dégorge sur vos autres vêtements. Si vous comptez la porter par dessus un t-shirt blanc, on vous conseille de la laver une première fois avant de l’enfiler pour éviter les mauvaises surprises.
Notre meilleur conseil pour ne pas récupérer la chemise en jean trop froissée et la repasser plus facilement : essorez à basse vitesse (600 tours/minute max) et accrochez-la encore humide sur un cintre. D’ailleurs, repasser est un art qu’on ne saurait vous apprendre en quelques lignes : voici une bonne démonstration vidéo en trois minutes. N'oubliez pas de toujours repasser vos chemises sur l'envers et à température basse pour les abîmer le moins possible.

Elle est 100% coton : elle passe donc en machine à 40 degrés et tolère le sèche-linge. Mais mieux vaut la laver à 30°C et la sécher à l'air libre : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Et déboutonnez bien le col et les poignets pour minimiser les frottements et éviter qu’ils ne s’éliment avec le temps (comme ici).
Notre meilleur conseil pour ne pas récupérer la chemise oxford trop froissée et la repasser plus facilement : essorez à basse vitesse (600 tours/minute max) et accrochez-la encore humide sur un cintre. D’ailleurs, repasser est un art qu’on ne saurait vous apprendre en quelques lignes : voici une bonne démonstration vidéo en trois minutes. N'oubliez pas de toujours repasser vos chemises sur l'envers et à température basse pour les abîmer le moins possible.
Pour finir, parlons taches jaunes sous les bras. Ça arrive malheureusement : ce sont les résultats d’une combinaison chimique malheureuse entre votre transpiration, les sels d’aluminium présents dans votre déodorant et les tensio-actifs de votre lessive. La meilleure solution est préventive : changez votre déo et prenez l’option sans aluminium. Et si c’est trop tard ? Votre meilleur ami, ce sera la percarbonate de soude, on vous a préparé un tutoriel pour l'utiliser ici.

Elle passe en machine à 40 degrés, mais mieux vaut la laver à 30 : c'est tout aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Et si possible à l’envers pour mieux préserver les couleurs. 
Pour sa longévité et pour le respect de l’environnement, l’idéal est de la sécher sur étendoir à l’air libre. Mais parfois on n’a pas le choix : si vous devez utiliser un sèche-linge, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour éviter que l’élasthanne de la ceinture et de la maille ne perde son élasticité et que ça n’abîme trop les fibres.
Si la culotte vous apparaît un peu brillante au départ, c'est normal aussi : cet aspect légèrement soyeux est due à la finesse des fibres de coton qui lui donnent sa douceur et sa résistance. Mais pas d'inquiétude, cette brillance a tendance à disparaître au fur et à mesure des lavages.
Enfin, si elle peluche un peu sur la peau lors des premières utilisations, c'est normal : elles disparaitront totalement au bout de quelques lavages.

Pas besoin de laver ce bonnet : comme la laine est fongicide et bactéricide, elle ne retient pas les odeurs. Si besoin, aérez-le de temps en temps.
Et si vous y tenez vraiment, lavez-le très doucement à la main avec une lessive spéciale laine. Sèche-linge interdit pour éviter de le rétrécir. L’idéal est de le sécher en la posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.

Il passe en machine à 40 degrés, mais mieux vaut le laver à 30 : c'est tout aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie.
Et surtout sur l’envers, pour mieux préserver les couleurs. 
Pour sa longévité et pour le respect de l’environnement, l’idéal est de le sécher à l’air libre. Mais parfois on n’a pas le choix : si vous devez utiliser un sèche-linge, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour éviter qu'il perde son élasticité et que ça n’abîme trop les fibres.
S'il peluche un peu sur la peau lors des premières utilisations, c'est normal : elles disparaitront totalement au bout de quelques lavages.
S'il vous apparaît un peu brillant au départ, c'est normal aussi : cet aspect légèrement soyeux est dû à la finesse des fibres de coton qui lui donnent sa douceur et sa résistance. Mais pas d'inquiétude, cette brillance a tendance à disparaître au fur et à mesure des lavages.
Pour terminer, il peut vous paraître un peu serré aux cuisses au départ : c'est normal et cela permet d'éviter qu'il ne remonte trop au fur et à mesure de la journée. Il se détendra légèrement au fur et à mesure des porters.

Votre caleçon passe en machine à 40 degrés et tolère le sèche-linge. Mais mieux vaut le laver à 30°C et le sécher à l'air libre : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie.

Sachez d'abord deux choses :
1/ Le tissu est mercerisé, ce qui peut lui donner au départ un côté un peu brillant : cet aspect disparaîtra au bout de 2 ou 3 lavages.
2/ La longueur des jambes est relativement grande : si vous le trouvez trop long, vous pourrez rouloter votre pantalon ou faire un ourlet chez votre retoucheur préféré.
Comment entretenir votre chino ?
Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie.
Pour éviter les traces de décoloration sur votre chino (comme ces marbrures dues aux frottements des plis contre le tambour de la machine), il est important de : 
1/ Laver à l’envers
2/ Ne pas trop charger la machine 
3/ Utiliser une lessive liquide plutôt qu'une lessive en poudre
Et pour ne pas le récupérer trop froissé et le repasser plus facilement : essorez à basse vitesse (600 tours/minute max) et étendez-le encore humide.
Si vous tenez vraiment à le passer au sèche-linge, choisissez le mode délicat ou synthétique pour ne prendre aucun risque : votre chino contient un peu d'élasthanne qui pourrait se détendre à haute température.
Ne le repassez pas trop fort : l'elasthanne (toujours lui) pourrait fondre à trop haute température. Et pour éviter toute trace de lustrage, repassez sur l'envers.
Si au bout de quelques années, vous commencez à voir une usure à l'entrejambe, emmenez-le vite chez le retoucheur avant qu'un vrai trou n'apparaisse et qu'il ne soit trop tard.
Et pensez à bien vider vos poches avant de le mettre à la machine :)

Il passe en machine à 40 degrés, mais mieux vaut le laver à 30 : c'est tout aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Ensuite, lavez-le à tout prix à l’envers pour éviter les décolorations et tout risque de boulochage.
Pour sa longévité et pour le respect de l’environnement, l’idéal est de le sécher sur cintre à l’air libre. Mais parfois on n’a pas le choix : si vous devez utiliser un sèche-linge, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour éviter que l’élasthanne ne perde son élasticité et que ça n’abîme trop les fibres.
Bien sûr, ce débardeur est en coton, pas en kevlar : malgré tous nos efforts, il se peut qu’il y ait un léger rétrécissement au premier lavage. Pas d’inquiétude, c’est normal et ça se stabilisera par la suite. 
Pour éviter que la version blanche ne grise ou jaunisse avec le temps, lavez-la bien séparément de vos autres vêtements. Et si vous voulez raviver le blanc de temps en temps, il suffit de suivre cette recette (très simple on vous promet).

Pas besoin de laver cette écharpe : comme la laine est fongicide et bactéricide, elle ne retient pas les odeurs. Si besoin, aérez-la de temps en temps.
Et si vous y tenez vraiment, lavez-la très doucement à la main avec une lessive spéciale laine. Sèche-linge interdit pour éviter de la rétrécir. L’idéal est de la sécher en la posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.

Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Fermez bien le zip avant de le mettre à la machine : ça évitera que les dents ne s'abîment et ça protégera vos autres vêtements de l'abrasion.
Et lavez sur l'envers pour retarder la décoloration.
Evitez le sèche-linge mais si vous n'avez pas le choix, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour éviter que l’élasthanne des manches et de la ceinture ne se détende. Ne le séchez pas non plus sur cintre : votre hoodie humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal pour sa durée de vie (et pour la planète) est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.
Enfin, ce hoodie est en coton, pas en kevlar : il se peut qu’il rétrécisse un peu au premier lavage (mais toujours moins de 3%). Pas d’inquiétude, c’est normal et ça se stabilisera par la suite.

Si votre jean vous paraît un peu serré à la taille et aux cuisses au premier essayage, c'est plutôt normal : il se détendra légèrement après quelques heures de porter.
Attention, la version brute de jean peut laisser des traces bleues sur vos mains ou vos vêtements clairs. La raison ? Comme pour la plupart des jeans bleus, on a utilisé de l’indigo pour le teindre, qui a la particularité de partir facilement (c’est ce qui fait qu’un jean délave) avec les lavages et les frottements. Donc avant les premiers lavages, évitez de le porter sur vos slips blancs flambants neufs, vos chaussures claires immaculées ou vos canapés beiges.
La longueur des jambes est relativement grande : si vous le trouvez trop long, vous pourrez roulotter votre pantalon ou faire un ourlet chez votre retoucheur préféré.
Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie.
Pour éviter les traces de décoloration sur votre jeans (comme les marbrures dues aux frottements sur les plis dans la machine à laver), il est important de le laver à l’envers et de ne pas trop charger la machine. 
Et pour ne pas le récupérer trop froissé et le repasser plus facilement : essorez à basse vitesse (600 tours/minute max) et étendez-le encore humide.
Si vous tenez vraiment à le passer au sèche-linge, choisissez le mode délicat ou synthétique pour ne prendre aucun risque : votre jean contient un peu d'élasthanne qui pourrait se détendre à haute température.
Ne le repassez pas trop fort : l'élasthanne (toujours lui) pourrait fondre à trop haute température. Et pour éviter toute trace de lustrage, repassez sur l'envers.
Si au bout de quelques années, vous commencez à voir une usure à l'entrejambe, emmenez-le vite chez le retoucheur avant qu'un vrai trou n'apparaisse et qu'il ne soit trop tard.
Et puis n’oubliez pas de vider vos poches avant de le mettre à la machine :)

Si votre jeans vous paraît légèrement serré à la taille et aux cuisses au premier essayage, c'est plutôt normal : il se détendra légèrement après quelques heures de porter.
La longueur des jambes est relativement grande : si vous le trouvez trop long, vous pourrez roulotter votre pantalon ou faire un ourlet chez votre retoucheur préféré.
Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie.
Pour éviter les traces de décoloration sur votre jeans (comme les marbrures dues aux frottements sur les plis dans la machine à laver), il est important de laver à l’envers et de ne pas trop charger la machine.
Et pour ne pas le récupérer trop froissé et le repasser plus facilement : essorez à basse vitesse (600 tours/minute max) et étendez-le encore humide.
Si vous tenez vraiment à le passer au sèche-linge, choisissez le mode délicat ou synthétique pour ne prendre aucun risque : votre jean contient un peu d'élasthanne qui pourrait se détendre à haute température.
Ne le repassez pas trop fort : l'élasthanne (toujours lui) pourrait fondre à trop haute température. Et pour éviter toute trace de lustrage, repassez sur l'envers.
Si au bout de quelques années, vous commencez à voir une usure à l'entrejambe, emmenez-le vite chez le retoucheur avant qu'un vrai trou n'apparaisse et qu'il ne soit trop tard.
Et puis n’oubliez pas de vider vos poches avant de le mettre à la machine :)

Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Ensuite, lavez-le à tout prix à l’envers pour éviter les décolorations et tout risque de boulochage.
Vous pouvez le mettre au sèche-linge (ça arrive...) mais si c’est le cas, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour ne pas qu’il perde son élasticité.L’idéal pour sa durée de vie et pour la planète est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.
Bien sûr, c'est du coton, pas du kevlar : malgré tous nos efforts, il se peut qu’il y ait un très léger rétrécissement au premier lavage. Pas d’inquiétude, c’est normal et ça se stabilisera par la suite. Si vous trouvez que le jogging se détend un peu, un petit passage en machine devrait servir à resserrer la maille et à lui rendre son toucher d’origine.

Il se peut que les nœuds des cordons se défassent et que l'extrémité s'ébouriffe. Dans ce cas, coupez ce qui dépasse, refaites le noeud et brûlez le bout avec un briquet pour que cela n'arrive plus (démonstration en images ici).
Rincez TOUJOURS votre maillot après la baignade (votre concours de pétanque peut bien attendre) : le chlore peut finir par ronger l’élastique et décolorer le tissu, et l’eau salée peut les fragiliser.
Sèche-linge interdit, sauf si vous aimez les élastiques détendus.
Si vous faites une tache de crème solaire, frottez la zone avec du savon puis rincez. Et de temps en temps (à la fin de vos vacances par exemple, avant de le ranger dans votre placard), lavez-le à l’envers et à basse température (30°C ou moins).

Sachez d'abord deux choses :
1/ Le tissu est mercerisé, ce qui peut lui donner au départ un côté un peu brillant : cet aspect disparaîtra au bout de 2 ou 3 lavages.
2/ La longueur des jambes est relativement grande : si vous le trouvez trop long, vous pourrez rouloter votre pantalon ou faire un ourlet chez votre retoucheur préféré.
Comment entretenir votre pantalon ?
Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Lavez-le à l’envers pour éviter les frottements qui pourraient légèrement décolorer votre pantalon à certains endroits, et fermez bien le zip avant de le mettre à la machine : ça évitera que les dents ne s'abîment. Et pour ne pas le récupérer trop froissé et le repasser plus facilement : essorez à basse vitesse (600 tours/minute max) et étendez-le encore humide.
Si vous tenez vraiment à le passer au sèche-linge, choisissez le mode délicat ou synthétique pour ne prendre aucun risque : votre pantalon contient un peu d'élasthanne qui pourrait se détendre à haute température.
Ne le repassez pas trop fort : l'elasthanne (toujours lui) pourrait fondre à trop haute température. Et pour éviter toute trace de lustrage, repassez sur l'envers.
Si au bout de quelques années, vous commencez à voir une usure à l'entrejambe, emmenez-le vite chez le retoucheur avant qu'un vrai trou n'apparaisse et qu'il ne soit trop tard.
Pensez à bien vider vos poches :)

Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Ensuite, lavez-le à tout prix à l’envers pour éviter les décolorations et tout risque de boulochage. Très important : attachez les deux boutons et dépliez le col – ça évitera qu'il ne finisse par rebiquer ou qu'il ne décolore au niveau de la pliure. 
Sachez qu'il rétrécira un chouia au premier lavage : c'est normal. C'est pour cela qu'on a ajouté un tout petit peu de largeur et de longueur – ne le renvoyez pas pour essayer la taille en dessous :)
Séchez-le sur cintre. Si vous tenez vraiment au sèche-linge, choisissez le mode délicat ou synthétique pour ne prendre aucun risque : votre polo contient un peu d'élasthanne sur les manches qui pourrait se détendre à haute température.
Dernière chose : si vous voyez une ou deux petites traces sur votre polo quand vous le déballez, pas de stress. Ce sont des marques de lustrage liées au repassage en fin de production, elles disparaîtront à la première machine.
Et ne vous jetez pas dans les barbelés :)

La laine est fongicide et bactéricide : elle ne retient pas les odeurs. Alors pas besoin de laver le pull. Si besoin, aérez-le.
Si vous y tenez vraiment, votre pull passe en machine : on lui a fait un traitement "Total easy care" pour diminuer le feutrage et éviter qu'il ne perde trois tailles. Mais en programme laine : il risque de rétrécir quand même un peu avec un programme 30° classique. Utilisez une lessive spéciale laine si possible – les enzymes des lessives classiques peuvent ronger la laine. Mais pas grave si vous n'en avez pas, il n'y a pas vraiment de risque à faible dose. Après trois tests de lavage avec des lessives classiques ou spéciales laine, nous n'avons constaté aucune différence de douceur ou de fragilité sur nos pulls.
Sèche-linge interdit pour éviter de le rétrécir, mais ne le séchez pas sur cintre non plus : votre pull humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal pour sa durée de vie est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.
Si jamais un trou commence à se former au niveau du coude (certains les ont un peu pointus :), emmenez-vite chez le retoucheur pour le faire repriser. Ca coûte en général moins de 10 euros. Si c’est trop tard, vous pouvez aussi essayer les coudières. Idem, si un fil est tiré, ne le coupez pas, emmenez-le chez un retoucheur pour qu’il limite les dégâts.
Des peluches apparaissent sur les zones de frottement ? Cela peut arriver. On vous explique dans cet article comment déboulocher vos vêtements efficacement.
Si les extrémités de votre pull se détendent, on vous explique ici comment régler ce problème facilement en vous servant uniquement de votre fer à repasser.

La laine est fongicide et bactéricide : elle ne retient pas les odeurs. Alors pas besoin de laver le pull. Si besoin, aérez-le.
Si vous y tenez vraiment, votre pull passe en machine : on lui a fait un traitement "Total easy care" pour diminuer le feutrage et éviter qu'il ne perde trois tailles. Mais en programme laine : il risque de rétrécir quand même un peu avec un programme 30° classique. Utilisez une lessive spéciale laine si possible – les enzymes des lessives classiques peuvent ronger la laine. Mais pas grave si vous n'en avez pas, il n'y a pas vraiment de risque à faible dose. Après trois tests de lavage avec des lessives classiques ou spéciales laine, nous n'avons constaté aucune différence de douceur ou de fragilité sur nos pulls.
Sèche-linge interdit pour éviter de le rétrécir, mais ne le séchez pas sur cintre non plus : votre pull humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal pour sa durée de vie est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.
Si jamais un trou commence à se former au niveau du coude (certains les ont un peu pointus :), emmenez-vite chez le retoucheur pour le faire repriser. Ca coûte en général moins de 10 euros. Si c’est trop tard, vous pouvez aussi essayer les coudières. Idem, si un fil est tiré, ne le coupez pas, emmenez-le chez un retoucheur pour qu’il limite les dégâts.
Des peluches apparaissent sur les zones de frottement ? Cela peut arriver. On vous explique dans cet article comment déboulocher vos vêtements efficacement.
Si les extrémités de votre pull se détendent, on vous explique ici comment régler ce problème facilement en vous servant uniquement de votre fer à repasser.

La laine est fongicide et bactéricide : elle ne retient pas les odeurs. Alors pas besoin de laver le pull. Si besoin, aérez-le.
Si vous y tenez vraiment, votre pull passe en machine : on lui a fait un traitement "Total easy care" pour diminuer le feutrage et éviter qu'il ne perde trois tailles. Mais en programme laine : il risque de rétrécir quand même un peu avec un programme 30° classique. Utilisez une lessive spéciale laine si possible – les enzymes des lessives classiques peuvent ronger la laine. Mais pas grave si vous n'en avez pas, il n'y a pas vraiment de risque à faible dose. Après trois tests de lavage avec des lessives classiques ou spéciales laine, nous n'avons constaté aucune différence de douceur ou de fragilité sur nos pulls.
Sèche-linge interdit pour éviter de le rétrécir, mais ne le séchez pas sur cintre non plus : votre pull humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal pour sa durée de vie est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.
Si jamais un trou commence à se former au niveau du coude (certains les ont un peu pointus :), emmenez-vite chez le retoucheur pour le faire repriser. Ca coûte en général moins de 10 euros. Si c’est trop tard, vous pouvez aussi essayer les coudières. Idem, si un fil est tiré, ne le coupez pas, emmenez-le chez un retoucheur pour qu’il limite les dégâts.
Des peluches apparaissent sur les zones de frottement ? Cela peut arriver. On vous explique dans cet article comment déboulocher vos vêtements efficacement.
Si les extrémités de votre pull se détendent, on vous explique ici comment régler ce problème facilement en vous servant uniquement de votre fer à repasser.

Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Ensuite, lavez-le à tout prix à l’envers pour éviter les décolorations et tout risque de boulochage.
Sèche-linge interdit pour ne pas risquer de rétrécir le pull. Ne le séchez pas sur cintre non plus : votre pull humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal pour sa durée de vie et pour la planète est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.
Par contre, vous avez tout à fait le droit de le repasser, au contraire ! Ça pourra même l'aider à bien reprendre sa forme après l'avoir passé en machine.
D'ailleurs, si les extrémités de votre pull se détendent, on vous explique ici comment les resserrer grâce à votre fer à repasser.

Pas besoin de laver ce pull : l'aérer 24h fera partir toutes les odeurs. Mais si vous y tenez, vous pouvez le mettre en machine (programme laine)
Sèche-linge interdit pour ne pas risquer de rétrécir le pull. Ne le séchez pas sur cintre non plus : votre pull humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal pour sa durée de vie (et pour la planète )est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.
Par contre, vous avez tout à fait le droit de le repasser, au contraire ! Ça pourra même l'aider à bien reprendre sa forme.
D'ailleurs, si les extrémités de votre pull se détendent, on vous explique ici comment les resserrer grâce à votre fer à repasser.

Si vous trouvez votre sac à dos un peu sale, vous pouvez le passer en machine. Mais sachez que les lavages répétés peuvent faire partir l’enduction de la toile et donc rendre votre sac à dos moins imperméable. Si vous voulez que votre sac ne bouge absolument pas, lavez-le à l’eau savonneuse avec une brosse puis rincez-le à l’eau chaude. Et quoiqu’il arrive, sèche-linge interdit.

Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Lavez-le à l’envers pour éviter les frottements qui pourraient légèrement décolorer votre short à certains endroits, et fermez bien le zip avant de le mettre à la machine : ça évitera que les dents ne s'abîment.

Première chose : si elles vous donnent la sensation d'être un peu serrées en les enfilant, cette impression disparait au porter, et c'est aussi ce serrage qui fait qu'elles tiendront bien.
Mieux vaut les laver à 30°C qu’à 40°C : c'est tout aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera leur durée de vie.
Pour que ces socquettes durent plus longtemps (et pour la planète), l’idéal est de les sécher à l’air libre. Si vous devez utiliser un sèche-linge, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour que l’élasthanne de la socquette ne perde pas son élasticité.
Enfin, il peut se former un léger pli à l'arrière des socquettes quand vous les enfilez : sachez que vous ne le sentirez pas à l'intérieur de la basket et c'est cette forme qui fait que les socquettes ne glisseront pas au cours de la journée.
Et puis coupez-vous les ongles des orteils :)

Il passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Ensuite, lavez-le à tout prix à l’envers pour éviter les décolorations et tout risque de boulochage.
Vous pouvez le mettre au sèche-linge (ça arrive...) mais si vous le faites, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour éviter que l’élasthanne du col, des manches et de la ceinture ne perde son élasticité et que ça n’abîme trop les fibres. Ne le séchez pas non plus sur cintre : votre sweat humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal pour sa durée de vie et pour la planète est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.
Bien sûr, c’est du coton, pas du kevlar : malgré tous nos efforts, il se peut qu’il y ait très léger rétrécissement au premier lavage. Pas d’inquiétude, c’est normal et ça se stabilisera par la suite.

Ce sweat passe en machine à 40 degrés mais mieux vaut le laver à 30°C : c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Le mieux est de le retourner pour éviter les décolorations (les frottements d’un textile mouillé, il n’y a rien de pire pour la tenue des couleurs). 
Evitez le sèche-linge mais si vous n'avez pas le choix, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour éviter que l’élasthanne du col, des manches et de la ceinture se détende. Ne le séchez pas non plus sur cintre : votre sweat humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal pour sa durée de vie et pour la planète est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.

Lavez-le sur l'envers pour éviter les décolorations (les frottements d’un textile mouillé, il n’y a rien de pire pour la tenue des couleurs).
Ne défaites pas les nœuds : les cordons risqueraient de disparaître à l'intérieur de la capuche et vous passeriez deux heures à les récupérer avec un trombone.
Vous pouvez laver en machine à 40 degrés mais 30°C c'est aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie.
Evitez le sèche-linge - mais si vous n'avez pas le choix, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour éviter que l’élasthane du col, des manches et de la ceinture se détende. Ne le séchez pas non plus sur cintre : votre sweat capuche humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal pour sa durée de vie (et pour la planète) est de le sécher en le posant à plat, sur un séchoir à linge ou une serviette.

Il passe en machine à 40 degrés, mais mieux vaut le laver à 30 : c'est tout aussi efficace, bien plus écolo et ça prolongera sa durée de vie. Ensuite, lavez-le à tout prix à l’envers pour éviter les décolorations et tout risque de boulochage.

Pour sa longévité et pour le respect de l’environnement, l’idéal est de le sécher à l’air libre. Mais parfois on n’a pas le choix : si vous devez utiliser un sèche-linge, faites-le à basse température (i.e. en mode délicat ou synthétique) pour éviter que le col ne perde son élasticité et que ça n’abîme trop les fibres.

Bien sûr, ce t-shirt est en coton, pas en kevlar : malgré tous nos efforts, il se peut qu’il y ait un léger rétrécissement au premier lavage. Pas d’inquiétude, c’est normal et ça se stabilisera par la suite. 

Ah, et si vous avez reçu un t-shirt blanc, il se peut qu'il y ait certaines légères marques noires : ce ne sont pas des taches, mais des irrégularités dues au fait que notre coton est cultivé de manière biologique. D'ailleurs, en parlant du t-shirt blanc, pour éviter qu'il ne grise ou jaunisse avec le temps, lavez-le bien séparément de vos autres vêtements. Et si vous voulez raviver le blanc de temps en temps, il suffit de suivre cette recette (très simple, on vous promet).

La première fois que vous mettrez ce t-shirt, vous ressentirez peut-être que le t-shirt pique ou gratte légèrement. Pas d’inquiétude, votre peau s'habituera très vite et cette sensation disparaîtra rapidement.
La laine est fongicide et bactéricide : elle retient très peu les odeurs. Alors pas besoin de laver trop souvent ce t-shirt. Bien souvent, l'aérer c'est suffisant.
Il passe en machine à 30°C : la laine a été traitée pour diminuer le feutrage et éviter que le t-shirt ne perde trois tailles. Utilisez une lessive spéciale laine si possible – les enzymes des lessives classiques peuvent ronger la laine. Mais pas grave si vous n'en avez pas, il n'y a pas vraiment de risque à faible dose.
Sèche-linge interdit pour éviter de le rétrécir, mais ne le séchez pas sur cintre non plus : votre t-shirt humide est lourd et pourrait se déformer avec le poids de l’eau. L’idéal, c’est l’étendoir.
Des peluches apparaissent sur les zones de frottement ? Cela peut arriver. On vous explique dans cet article comment déboulocher vos vêtements efficacement. 
Et si votre t-shirt se déforme, on vous explique ici comment régler ce problème facilement en vous servant uniquement de votre fer à repasser.

Au fait...

Si vous avez besoin de vous équiper, on propose des produits d’entretien et quelques pièces détachées. L'idée n'est pas de nous enrichir mais de vous encourager à prendre soin de vos vêtements, les réparer et les garder le plus longtemps possible.